Venenum

Affiche venenum

.

Venenum, un monde empoisonné est une exposition temporaire du musée des Confluences de Lyon, présentée jusqu'au 13 avril 2018.

Cette exposition propose un parcours qui dévoile tous les aspects de ce qu'on appelle poison, explorant sa définition.

Le mot latin Venenum désigne aussi bien les poisons élaborés par l'homme que les substances vénéneuses des plantes et des champignons ou encore le venin du serpent. 

Le poison, c'est ce qui peut faire mourir, en attaquant mais aussi pour se défendre. Où il est question de la vie animale et des plantes. Et le poison, c'est aussi ce qui va permettre de vivre, utilisé par les chamans, par les chasseurs, par la médecine. Où il est question des sociétés humaines.

L'exposition s'ouvre sur une belle pomme rouge... et se poursuit sur les histoires d'empoisonnement avec des peintures représentant Cléopatre, Socrate, Catherine de Médicis jusqu'à l'Affaire des poisons sous Louis XIV avec des gravures et des édits d'époque présentés, jusqu'aux conflits du XXème siècle, le poison pour se suicider plutôt que de parler, et l'horreur des armes chimiques.

Puis, ce sont des vitrines, des planches, des vidéos montrant les mécanismes de production des animaux et des plantes, avec des vivariums ( un serpent liane, les petites grenouilles jaunes, des araignées dont une mygale, des méduses... qui ne sont pas punaisés sous verre comme les scorpions ) avant les usages rituels, agricoles et pharmaceutiques, ainsi que cosmétiques avec une vitrine consacrée aux minéraux. Un tableau référence un certain nombre de médicaments (ainsi que leur utilité ) contenant de ces " poisons "; des panneaux posent des questions environnementales (traitements pesticides, alimentation. Où l'on repense à la pomme si rouge ).

Une exposition dense, intéressante, qui a passionné Fiston, bien conçue sur la durée et l'organisation de l'espace, captant l'attention entre découvertes et discussions par la variété de ce qui est présenté, toujours concrètement. Une réussite que ce Venenum qui privilégie l'interdisciplinarité, mêlant également Nature et Histoire, et la diversité des supports ( objets, vivants, multimedia, documents, représentations artistiques )

.

Confluences

.

Je tiens à profiter de cette expoition pour dire tout le bien que je pense du musée des Confluences.

Y sont organisés régulièrement, en plus des ateliers, des rencontres et des spectacles culturels, véritable ouverture au monde. Marionnettes, danses, chants, concerts, films sont au programme de ces Vibrations du monde, qui me rappellent la diversité et la richesse de la programmation du musée du Quai Branly à Paris. A titre d'exemples, nous assistons cette semaine à la projection de L'étreinte du serpent, film que nous avions manqué se déroulant en Amazonie sur les pas d'un chaman; en novembre nous nous sommes inscrits au concert du pianiste Enrico Pieranunzi qui rendra hommage à Ennio Morricone, accompagnant ainsi l'exposition Lumière ! le cinéma inventé.

Ce que j'apprécie dans ce musée, mis à part sa formidable modernité architecturale, la programmation et l'aménagement des espaces, c'est qu'il se donne vraiment les moyens d'accueillir son public de tout âge. Les expositions sont majoritairement conçues pour tous, accompagnées d'ateliers pour enfants et de conférences pour les adultes. Des jeunes gens, personnels du musée, sont présents pour orienter, conseiller, renseigner. C'est un lieu idéal pour des visites familiales, tarifs compris. ( les moins de 18 ans entrent gratuitement, le billet pour un adulte - collections et/ou expositions temporaires - est de 9 euros ).

.

Confluences hall

- Hall d'entrée -

.

Le musée participe aux événements culturels, comme les Journées du Patrimone, musée en entrée libre avec visites guidées possibles; le week-end dernier, pour la Fête de la Science, des activités réalité virtuelle étaient proposées, avec casque pour les plus de 13 ans, sur écran pour les plus jeunes, en entrée libre également. Avec Fiston ( 13 ans d'âge ), nous avons pu voyager dans la forêt avec un énorme serpent préhistorique jusqu'à ce qu'il attaque un crocodile, puis notre jeune visiteur a suivi le pigeon médaillé Cher Ami ( dont nous avons découvert l'existence ) qui a traversé les lignes ennemies pendant la Première Guerre Mondiale, sauvant ainsi les hommes d'un bataillon américain, en déposant son message permettant de les localiser. Sur un écran interactif, explications et photographies présentaient le rôle des pigeons voyageurs pendant le conflit. Puis, dans l'espace Neuroscience, il a pu tester sa vision, le lien message occulaire-cerveau pendant un test Loin-petit ? Près-grand ? Ensuite, ce fut le tour de l'audition avec une écoute comparée en entendant ce qu'entendent les porteurs d'implants. Nous avons terminé par un très beau film 3D qui nous a permis de visiter la grotte Chauvet dont les couleurs sont aussi impressionnantes que les peintures rupestres. L'année dernière, ce même Fiston avait beaucoup aimé l'exposition Antartica.

- Le site du musée des Confluences : ICI -

Le musée des Confluences est excentré, comme son nom l'indique, au croisement du Rhone et de la Saone, mais la promenade sur les quais pour s'y rendre à pied ( plutôt qu'en tramway ) est très agréable, le bucolique au bord de l'eau d'un côté, de l'autre de l'architecture contemporaine.

Un vivier photographique... pourquoi pas un dimanche Confluences ? ( des images, moins de mots, pour vous remercier d'avoir lu ce long article ? ;) )

*

Commentaires (4)

1. maggie (site web) 16/10/2017

J'avais cru entendre une collègue dire du mal de ce musée ! En tout cas, le thème a l'air passionnant, je n'avais pas pensé au poison dans toutes ces dimensions...

2. Marilyne 16/10/2017

@ Maggie : je serai curieuse de savoir pourquoi, cet avis n'est qu'une expérience personnelle, à peine une année de pratique, il doit bien avoir des défauts ce musée ( mais je ne les ai pas encore vus, heureusement :))

3. Aifelle (site web) 20/10/2017

Heureux Lyonnais ! Il a beaucoup d'allure de l'extérieur déjà. Et la programmation a l'air super, tu as de la chance d'avoir un tel musée à proximité.

4. Marilyne 20/10/2017

@ Aifelle : oh que oui, c'est aussi pour ça que j'ai eu envie d'écrire ce billet :)

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau