Dimanche napolitain #1

Voyage italien pour ces dimanches du mois de septembre. 

Je vous emmène à Naples, Naples ville démente de jour comme de nuit, insaississable et fascinante, étouffante et gourmande, aussi sale et bruyante que patiente et souriante. Des rues dans lesquelles on se bouscule, on s'interpelle entre voitures, piétons, scooters, chaises et étalages, et cette sympathie des Napolitains, la touche d'humour, qui ont toujours pris la peine d'échanger, de nous comprendre et de nous expliquer malgré notre sabir anglo-franco-italiano. Comme nous l'a dit dans un clin d'oeil un vieux monsieur "c'est le spectacle de Naples". Et le paradoxe de Naples. Tout ce vivant, ce quotidien, ce prosaïque qui côtoient l'omniprésence des représentations chrétiennes ainsi que les trésors historiques et artistiques, tant de beauté des paysages. Je garderai de Naples la sensation d'un débordement, un débordement des sens et des émotions. C'est pourquoi je préfère prévoir plusieurs billets, prendre le temps comme nous avons pris le temps de découvrir la ville, la baie. 

Le rouge est bien la couleur napolitaine, la couleur de ce Coeur de Naples, ce Cuore Napoletano que nous avons aperçu un peu partout, un coeur qui pulse.

Promenons-nous dans les rues en partant du port avec sa vue sur le Vésuve.

Portvesuve copie

.

Dsc00089 copie

.

En remontant, sur la grande place Dante puis dans la via Port'Alba ( l'une des anciennes portes de la ville ) qui rejoint la place Bellini, les librairies, dont les rayonnages sont aussi dans ces bacs ( d'occasions ou pas ) en plein air, et dont les portes closes, le soir, colorent la rue.

Lib2 copie

.

Dsc00128 copie

.

De cette place Bellini, nous rejoignons le centre historique de Naples, croisant au détour d'une rue, sans la chercher, la librairie jeunesse ( la seule, apprenons-nous par la libraire, alors qu'en France, a-t-elle soupiré... ) 

Lib jeunesse copie

.

Le centre historique se nomme le Scappanapoli : dans les ruelles, entre les portes des logements, des églises recelant des oeuvres d'art magnifiques ( sculpture, peinture ), des palazzi, des cours intérieures, des arcades, des terrasses, des gourmandises.

Dsc00075 copie

.

Ruepiment copie

( A droite, le Cuore Napoleto, constitué de carrés rouges qui forment un coeur )

.

Dsc00191 copie

.

Portegrille copie

.

Le baba est l'une des spécialités sucrées de Naples, décliné de toutes les tailles, il peut être servi nappé de toutes les crèmes possibles. Nature, il est doux et frais, léger. Il passe très bien avec le capuccino...

.

Dsc00187 copie

.

Pour les autres spécialités gourmandes, il s'agit de l'excellente cuisine italienne, avec ses toutes petites tomates - pomodorro - succulentes qui accompagnent parfaitement pizzas ( dont la fameuse marguerita qui est napolitaine ), les mille et une variétés de pâtes, les gnocchi.

Magasin

.

A dimanche prochain pour une balade art urbain sur murs napolitains. Impressionnant. Là aussi, je me suis régalée.

- Photographies personnelles -

*

Commentaires (12)

1. Saxaoul (site web) 10/09/2017

Merci pour cette belle balade !

2. MTG 10/09/2017

Je ne sais pas si j'aimerais, pourtant dans les livres, cette ville est attirante. Qui sait ! Belles photos , je ne savais pas pour le baba, je n'aurais pas pensé que c'était italien.

3. Marilyne 10/09/2017

@ Saxaoul : avec plaisir ! Rendez-vous dimanche prochain, ensuite, ce sera moins urbain, promis ;-)

@ MTG : elle est très attirante, oui, et la baie, la côte, sont magnifiques. Je crois que l'idéal est d'alterner, le contraste est saisissant. Si tu veux du calme et du silence pour un séjour, ce n'est pas le lieu idéal... alors sur les îles, prendre le bateau.

4. Valérie (site web) 10/09/2017

J'aime profondément l'Italie mais je ne connais pas Naples. Les photos que tu ne montres me donnent à penser que je m'y plairait bien.

5. Anne (site web) 10/09/2017

Je ne crois pas que j'aimerais mais merci pour ce voyage napolitain !

6. Florence (site web) 10/09/2017

J'ai découvert Naples en juillet dernier et je m'attendais à quelque chose d'assez sale, bruyant... et c'est le cas, mais j'ai a-do-ré !! La ville est foisonnante et excessive dans tous les domaines. Nous n'avions prévu que trois jours dans Naples même, car nous avions privilégié la côte amalfitaine, mais ce fut une erreur : j'ai regretté de ne pas avoir pu rester plus longtemps à Naples et je me suis ennuyée à Sorrente ! Je compte en parler en octobre sur mon blog consacré à l'Italie. Je suivrai avec plaisir la balade de dimanche prochain.

7. Marilyne 10/09/2017

@ Valérie : oui, je connais ton goût de l'Italie, je crois qu'une visite à Naples serait nécessaire pour savoir si la ville te plairait ;-)

@ Anne : une ville qui n'est pas facile. Les prochains billets te permettrons de voyager en douceur ( comme j'écrivais à Saxaoul, après le prochain billet très ville, ce sera balade plus calme )

8. Mina 10/09/2017

J'aime beaucoup tes photographies des ruelles du centre et y imagine si bien cette vie que tu décris. J'attends la suite de la découverte avec curiosité (mon unique souvenir napolitain est d'être resté en lisière de la ville ; une découverte manquée).

9. Marilyne 10/09/2017

@ Florence : Pareil, nous étions prévenus, et nous avons été attrapés par la ville. Foisonnante, c'est le mot. Toujours à voir. Je ne suis pas étonnée pour les trois jours, lorsque nous avons réservé pour la semaine, on nous a demandé plusieurs fois Pourquoi ? Trois jours suffisent. Nous avons préféré nous y poser. Nous sommes tout de même allés à Pompéi et sur le Vésuve mais comme ça, en fin d'aprem et soirée, nous rejoignions la ville.
N'hésite pas à me rappeler l'adresse de ton blog consacré à l'Italie :-)

10. Marilyne 10/09/2017

@ Mina : Ah dommage, en effet. Et bien, j'espère qu'avec la série de billets napolitains, cela permettra de rattraper un peu.
( pour les photographies, pas simple, les ruelles, mais je crois que j'ai (re)trouvé là-bas le goût, le plaisir, de photographier )

11. Aifelle (site web) 11/09/2017

Superbe balade ! je pense que j'aimerais cette ville et ses contrastes.

12. Marilyne 11/09/2017

@ Aifelle : contrastes, c'est le mot ! On se laisse prendre par cette ville, ou plutôt il faut s'y laisser prendre.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau